Stargate Resurrection est en hiatus, mais revient le 15 mai ! N'oubliez pas de venir vous faire recenser !



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Long Ride Home | Jack & Duncan

Aller en bas 
AuteurMessage
Duncan McLane
Tok'ra - Hôte de Keegan
avatar

Messages : 125
Date d'inscription : 15/09/2010

Feuille de personnage
Données Personelles:
Relations:

MessageSujet: Long Ride Home | Jack & Duncan   Mer 29 Sep - 20:14


    - Tu es sûre que tu ne regrettera rien ?
    - Un jour, Duncan. Un jour il se rendront compte qu'ils auraient du nous écouter. Malheureusement, j'ai peur que cela n'arrive bien plus tôt qu'ils ne puissent l'imaginer. Nous savons ce que nous avons vu. Je ne mettrai pas un seul monde en péril, et tant pis si pour cela je dois passer pour une renégate. Tant pis si on ne nous croit pas.


    Duncan pouvait sentir la détermination qu'affichait Keegan. La Tok'ra lui paraissait en cet instant si déterminée, si forte... Alors que lui était empli de doutes. Pour une fois il avait peur, non pas pour eux, mais pour elle surtout. Il ne voulait pas revivre la douloureuse expérience d'être montré du doigt par son propre peuple qu'il avait vécu au travers de Keegan. S'il avait eu un autre choix, peut-être ne serait-il pas rentré sur Terre. Et s'ils décidaient d'en faire un projet d'expérience ? Et s'ils décidaient de la lui retirer ! Aujourd'hui, Duncan préférait mourir que de se séparer de celle qui avait durant tant d'années -qui pourtant ne lui semblait qu'une poignée d'instants pour elle qui avait vu deux millénaires- égayé sa vie. Oui, sans elle, Duncan ne saurait faire face au silence. Sans elle, il n'aurait pas le courage de vivre. Elle lui avait donné une vie qu'il s'était résigné à devoir quitter, et rien ne pouvait valoir cela. Elle était tout pour lui.
    Mais elle tenait à le faire, et sentant les doutes de Duncan, le poussa a le laisser faire. Il sentait les ondes de réconfort qu'elle lui envoyait, cette compassion,cet amour qu'elle lui transmettait, et il s'apaisa, la laissa faire.
    Keegan sortit de leur paquetage la boite qui transmettrai une certaine signature énergétique qui leur ouvrirait l'iris et composa l'adresse de la Terre... Le reste appartenait à Duncan. La Tok'ra savait qu'à partir de maintenant, elle devrait se replier sur elle même. Qui pouvait savoir comment elle serait reçue ? Mais elle ne voulait pas y penser, et tentait plutôt d'apaiser les doutes et les inquiétudes de Duncan. Si elle avait toujours été capable de les rendre discret, Duncan était un vrai livre ouvert. Elle ne lui avait rien caché, mais elle savait qu'il ne serait pas capable de lui cacher quoi que ce soit. Maintenant, si c'était elle qui avait pris la décision, elle préférait le laisser faire. Elle était peut-être un peu effrayé. Jamais auparavant elle ne l'avait été, mais au contact de Duncan elle avait appris la peur. Pourquoi ? Peut-être était-il la meilleure symbiose qu'elle ait vécue ? Parce qu'elle sentait que la guerre finissait, et parce qu'elle avait peur de ne voir arriver des jours meilleurs ? Peut-être parce que Duncan était fort. Certainement plus qu'elle et ce n'était pas peu dire. Et pourtant, malgré sa force, son abnégation, il était connaissait la peur. Et plus encore. Il savait la maitriser. Et Keegan devait se montrer forte, à son tour, à sa hauteur. Elle respira doucement avant de laisser les commandes à Duncan, s'apaisant totalement. Faire le point. Ce nouveau départ lui offrait une chance incroyable. Elle tenta de se rappeler l'excitation qu'elle avait ressentie quand Duncan lui parlait de son monde. Elle adorait quand il lui en parlait, et elle aurait pu l'écouter des jours durant. Une fois de l'autre coté de la Porte, elle se focaliserait sur ça. Et puis, elle se connaissait. Elle savait qu'elle commencerait à s'ébahir et à s'étonner de tout, à ouvrir de grands yeux ronds et à se sentir comme une petite fille avec de nouveaux jouets...

    Duncan franchit le vortex, sans se retourner pendant que Keegan rentrait en elle même. Se retourner; pourquoi faire ? Visiblement, sa véritable famille était de l'autre coté de la Porte. A croire qu'il n'avait jamais été considéré comme un Tok'ra a part entière. Et ce, peu importe Keegan. Elle lui avait dit, et lui répétait encore qu'il aurait besoin de temps pour être totalement pris au sérieux, et que la confiance Tok'ra était lente à s'installer totalement. Jacob, bien qu'il soit l'hôte de Selmak en avait été l'exemple le plus frappant...

    Duncan posa le pied sur la passerelle métallique. Il était de retour sur terre après 5 ans a voyager dans toute la galaxie, après 5 ans en compagnie, parfois exclusivement de Keegan. Mais il ne s'en plaignait pas : sa chance avait été incroyable : il était vivant, il voyageait sans arrêt, et avait des occasion extraordinaire d'étudier d'autres peuples, d'autres formes de culture. Il vivait une vie pleine d'aventure, d'adrénaline dans laquelle les risques qu'il prenait pouvait le faire passer de vie à trépas. Mais il s'en fichait, il n'était plus seul. Il ne le serait plus jamais. Une chance incroyable pour quelqu'un qui avait frôlé la mort et qui toute sa vie durant avait du se contenter de rares textes, de rares fresques pour étudier les peuples. Il ne regrettait donc aucunement ces dernières années, mais son retour sur Terre lui faisait du bien aussi. Il sentait aussi l'excitation de Keegan. La jeune Tok'ra était impatiente de découvrir le monde de Duncan. Elle n'était pas comme les autres Tok'ra qui affichaient une condescendance inée à l'égard des terriens, surtout depuis la chute des Grands Maitres. Elle avait gardé cette fraîcheur, cette curiosité. C'était ce qui avait fait craquer Duncan. Elle était si pleine de vie, un brin espiègle, toujours à le faire rire.
    Duncan balaya la pièce d'un regard. Il vit les militaires, la main sur le cran de sécurité et se sentit refroidi immédiatement. En même temps, il s'y attendait un peu, personne n'aurait pensé qu'il reviendrait un jour certainement. D'ailleurs, il venait d'y penser, mais son code aurait très bien pu être désactivé... Il sentit Keegan frémir à cette pensée, sachant qu'elle non plus n'y avait songé. Duncan regarda quelques secondes les hommes qui montaient la garde dans la salle d'embarquement et leva les yeux jusqu'à apercevoir la salle de controle. Bien des visages nouveaux, mais il avait pu reconnaitre d'emblée l'un d'eux qui après avoir croisé son regard, se rua vers la salle d'embarquement, et sitôt la porte passée, et l'ordre donné au militaires de se retirer, il l'interpella.

    - McLane ?
    Duncan leva les yeux, et sourit, descendant tranquillement la passerelle. IL sourit, et sentit l'interet de Keegan focalisé sur l'homme qui revenait bien souvent dans la mémoire de Duncan.
    - Bonjour ... Mr O'Neill ? C'est comme ça qu'on t'appelle maintenant, hein ? J'préférais Colonel. Ou Général, à la rigueur, bien que ça te vieillissait !


Duncan prit place sur un siège et regarda la pièce autour de lui. Rien n'avait vraiment changé... Seulement lui. Certes, il semblait toujours avoir le même age que la première fois qu'il était entré dans ce bureau, du temps où le général Hammond y régnait en maître incontesté sur ces lieux, alors, en apparence, il ne semblait pas avoir changé. Mais il n'était plus l'archéologue qui de simple consultant refusant de savoir a quoi ces travaux servaient tant qu'ils occupaient son temps libre et son esprit allait devenir l'une des rares personne à connaitre le secret de cet endroit. Aujourd'hui, il était un Tok'ra a part entière, peu importe la difficulté qu'il avait eu à se faire accepter. Il portait Keegan en lui même, et cela changeait tout. Et puis, il se sentait un peu déplacé dans ses vêtements de cuir qui semblaient clamer qu'il était un véritable alien. Techniquement, il ne 'était qu'à moitié... Voir moins, vu l'épaisseur de Keegan. Il sentit la Tok'ra rire intérieurement à cette remarque et se détendit. Il regarda Jack prendre place dans son fauteuil, et attendit qu'il ouvre la discussion. Il savait qu'il devrait longuement s'expliquer.

- Je sais que ma visite est plutôt... impromptue. Mais je ne suis pas là simplement parce que la maison me manquait. J'ai des informations importantes.

Maison ? Ces dernières années, sa maison, c'était Keegan, sa maison, c'était partout où il pouvait se retrouver seul avec elle. Ici, plus rien ne l'attendait. Plus rien. Il avait simulé sa mort, son enterrement avait été très réussit d'ailleurs, et il avait été étonné du nombre de gens qui s'était déplacé, parmi ses anciens élèves particulièrement, et il aurait été dur de réapparaitre du jour au lendemain. Non, ce n'était pas un retour qu'il cherchait, il avait quitté la Terre avec ses affaires en ordre, personne pour le regretter terriblement, et tout ce qu'il devait faire d'achevé. Duncan voulait juste avertir la Terre du danger qui la menaçait. Les Tok'ra avaient refusé de mettre les terriens au courant ? Ils le serraient quand même. Et peu importe ce que le Conseil pouvait dire, Duncan savait que ses informations étaient véritable, qu'il n'avait en rien extrapolé...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack O'Neill
Commandant du SGC
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 13/09/2010

MessageSujet: Re: Long Ride Home | Jack & Duncan   Dim 10 Oct - 1:33

Ce matin-là, depuis le moment où il s'était levé au moment il pénétra dans la base de Cheyenne Mountain, Jack avait eu le sentiment qu'il allait avoir une très longue journée. Il n'y avait pourtant rien de spécial de prévu ; aucune des huit équipes en mission ne devait rentrer pour le moment, pas de négociation longue et ennuyeuse n'avait encore été programmée, et il n'aurait pas non plus à subir un exposé de Daniel ou de l'un de ces scientifiques qui parviennent toujours à trouver le moyen de faire prendre à tout le monde leurs découvertes pour des exploits inconsidérés. En vérité, la seule personne que Jack aurait accepté d'écouter sans rechigner, et même avec un malin plaisir, se trouvait être sur le terrain, parmi l'une de ces huit missions ; une certaine scientifique blonde et un excellent officier de l'armée de l'air. Pourtant depuis quatre ans et la chute des Goa'ulds, la routine s'était presque installée dans la Voie Lactée, tout du moins si l'on mettait l'affaire Wraith de côté. Les dernières semaines qui avaient suivi la catastrophe qui fut évitée de justesse (en d'autres termes, l'invasion quasi-imminente des Wraiths), avaient été particulièrement éprouvante pour Jack ainsi que pour la plupart des membres importants de l'expédition Atlantis. De nombreuses choses s'étaient dites. La CIS n'appréciait plus la façon dont Richard Woosley voyait les choses, et de longues réunions en longues réunions, le sort de la Cité des Anciens n'avait toujours pas été décidée. Il était donc naturel en un certain sens que Jack e sente exténué. C'est donc résigné et fatigué que Jack avait quitté sa maison ce matin-là, persuadé pourtant que quelque chose d'autre encore allait venir troubler sa journée.
Malheureusement pour lui, son intuition ne s'était pas trompée. Mais cela, il s'apprêtait à l'apprendre d'une personne qu'il ne s'attendait certes pas à voir venir poindre le bout de son nez tandis qu'il prendrait son second café tout en prenant rapidement connaissance de la pile de dossiers qui ne cessait de s'empiler sur son bureau depuis deux jours. Surtout quand cette personne se trouvait être la dernière à laquelle Jack aurait pu songer.

"Activation non-programmée de la Porte des Étoiles !" retentit avec l'alarme stridente de la base la voix du sergent Harriman, ou Walter comme avait l'habitude de l'appeler Jack.

Ce dernier sursauta et fit tomber son croissant tout frais en plein dans sa tasse de café. Il se leva en grommelant et se dirigea d'un pas rapide vers la salle de contrôle.

"Walter, il faudra me rappeler de me plaindre contre l'imbécile qui a choisi cette nouvelle alarme, c'est un truc à vous filer l'infarctus !" lança Jack avec sa pointe de sarcasme habituelle. "Alors, qu'est-ce qu'on a ? Attendez, c'est un code d'identification de la Tok'ra ça ou je rêve ?"

Après avoir donné l'ordre d'ouvrir l'iris, Jack se hâta jusqu'à la salle d'embarquement. Mais lorsqu'il reconnu la personne qui venait de franchir le vortex, son élan se coupa aussitôt. Une expression de complète surprise s'esquissa sur son visage.

"McLane ?"

N'en croyant pas ses yeux, Jack le regarda descendre la passerelle et s'avancer vers lui, abasourdi, tandis que sur le visage de son hôte se dessinait un large sourire.

"C'est bien vous McLane ?
- Bonjour ... Mr O'Neill ? C'est comme ça qu'on t'appelle maintenant, hein ? J'préférais Colonel. Ou Général, à la rigueur, bien que ça te vieillissait !
- Oh, vous savez ce que c'est, plus on vieillit, moins les gens ont de respect pour vous, surtout si vous perdez le titre honorifique qu'il vous a fallu de si longues années à obtenir ! Mais bien sûr, si Teal'c était là, je suis persuadé qu'il vous prouverait le contraire ! Bien que je ne sois pas mécontent d'avoir pris ma retraite de ce côté-là. Mais, appelez-moi Jack, depuis quelques temps j'encourage une ambiance plus détendue entre ces murs. C'est une base militaire certes, mais un peu de familiarité ne fait jamais de mal à personne, non ?"


Jack sourit à son tour. Duncan McLane... qui aurait pu le croire ? Au moins, Jack était certain que Daniel le laisserait tranquille pendant deux ou trois jours, le temps de poser le millier de question à son ancien ami et surtout à son collègue. Qui pouvait savoir de quel baragouinage scientifique les deux individus pourraient venir à parler et ce pendant de longues heures durant. Cependant, Jack était conscient que cette visite n'annonçait rien de bon. Pourquoi ? Tout simplement parce que depuis la rupture de l'Alliance quelque cinq ans auparavant, les visites de la Tok'ra s'étaient faites si rares qu'à chaque fois qu'il venait à rencontrer l'un de ses membres, c'est une mauvaise nouvelle qu'il apportait avec lui sur la base. Jack effaça le sourire de son visage, et posa une main sur l'épaule du Tok'ra.

"Allons donc dans mon bureau."

Jack invita McLane à s'asseoir tandis que lui-même s'installait derrière son imposant bureau encombré des dossiers qu'il aurait dû avoir fini de lire pour le déjeuner.

"Alors, dites-moi, en quoi nous vaut cette honneur ?" demanda-t-il d'un ton qui cachait plutôt bien son anxiété.
"Je sais que ma visite est plutôt... impromptue. Mais je ne suis pas là simplement parce que la maison me manquait. J'ai des informations importantes."

Informations importantes. L'expression typique pour annoncer de mauvaises nouvelles. Jack avait vu juste, sa journée promettait d'être longue, très longue.

"Je vous écoute."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stargateresurrection.forumactif.com
Duncan McLane
Tok'ra - Hôte de Keegan
avatar

Messages : 125
Date d'inscription : 15/09/2010

Feuille de personnage
Données Personelles:
Relations:

MessageSujet: Re: Long Ride Home | Jack & Duncan   Dim 10 Oct - 16:23



    - Je vous écoute.

    Quelques mots, quelques mots qui lanceraient Duncan et Keegan dans un discours qui devrait convaincre le commandant de la base. Ou tout au moins, s'ils n'étaient pris au sérieux, ils devaient le prévenir. La Terre ne devait rester ainsi, exposée au risque d'une attaque surprise.
    Duncan inspira longuement et se détendit
    - J'aimerais que ce soit toi qui lui explique, Keegan. Je préfèrerai qu'il t'écoute et te prenne en compte dès maintenant et non qu'il ne voit en moi qu'un ancien membre du SGC. A toi de lui montrer qui tu es, que tu es bien là, tu sais si bien le faire...
    Keegan aurait sourit. Elle connaissait assez bien Duncan pour savoir ce qu'il voulait en la poussant ainsi. Il se souciait d'elle, il voulait l'imposer dès à présent, afin que les gens commencent à s'habituer à tout cela. Il était revenu sur Terre, mais lui montrait ainsi que rien ne changerait entre eux, il ne l'occulterait pas. Et dire qu'elle avait hésité à le choisir comme hôte...
    Keegan prit lentement le contrôle du corps de Duncan, et comme à chaque fois, s'en sentit renforcée, rassurée et à la fois humble. Elle ne méritait pas toute les attentions de cet homme qui partageait sa vie à présent. Et elle qui avait toujours partagé des corps frêles et féminins, elle s'en sentait forte et plus assurée, comme si Duncan pouvait lui conférer une partie de lui de cette manière, sa force, son courage... Et elle s'en sentait toujours plus fière qu'il ait accepté de partager sa vie avec elle.
    Keegan fixa O'Neill. Duncan lui avait souvent parlé de lui, et elle avait eu accès à sa mémoire, néanmoins se retrouver ainsi devant lui l'intimidait un peu. La politique n'avait jamais été son fort, pas plus que les relations humaines à bien y réfléchir. Elle rassembla son courage et commença son récit, de sa voix la plus ferme.

    - Duncan préfère que je vous l'explique moi même. Nous avons longtemps été en mission pour mon peuple et après la chute des Grands Maître, nous avons continué à être les yeux et les oreilles de la Tok'ra. Tout le monde pensait que les Grands Maîtres étaient définitivement anéantis, et notre mission a commencé à devenir une routine tranquille. Duncan a voulu la continuer pour toujours être en contact avec d'autres peuples, pour continuer à étudier, et je n'ai pas pu lui refuser. Nous avons pas mal voyagé ainsi, tous les deux, plus ou moins pour le compte de la Tok'ra. Mais il y a quelques mois de cela, nous avons commencé à entendre des rumeurs qui ont éveillé notre curiosité.


    Keegan s'arrêta un instant dans son récit, et fixa O'Neill. L'écoutait-il avec attention ? Il semblait en tout cas. La Tok'ra se replongea dans ses souvenirs, aidé par Duncan qui clarifiait certaines choses, et l'encourageait. Il restait présent, à l'épauler. Elle pouvait bien avoir plus de deux millénaire, de leur paire, il semblait toujours être celui qui veillait sur l'autre... Et étrangement, Keegan aimait cela, alors qu'auparavant, c'était elle qui avait toujours joué ce rôle...

    - Bien sur, depuis la Chute, il y a eu des tentatives de résurgences de la part des Goa'ulds mais au fil du temps, elle ont fini par disparaître, et nous pensions tous que la paix s'était définitivement installée. Alors, lorsque cette rumeur nous est parvenue, nous n'y avons guère cru, mais étant les plus proches et les plus aptes à intervenir, nous nous sommes rendus sur une planète prétendument agitée par des troubles qui nous semblaient trop suspects.

    Keegan devait maintenant aborder le sujet principal de leur visite. Elle devrait être convaincante, comme face au Conseil, mais plus efficace à l'évidence... Elle devait lui montrer qu'ils n'avaient pas exagéré ce qu'ils avaient vu, qu'ils avaient bel et bien évalué la menace. Certes, ils n'avaient vu que quelques jaffas, mais les rumeurs à leur propos étaient inquiétante, et venaient de bien trop de planètes pour n'être que des phénomènes sporadiques, et sans importance. Peu importait de toute façon, la menace était bel et bien là, et le SGC se devait de la prendre en compte. Pour Duncan. Keegan savait ce qui se passerait si la Terre était attaquée, ou si un seul Tau'ri devait périr de la main d'un de ces jaffas. Il s'en rendrait malade, malade de n'avoir été pris au sérieux, et d'avoir indirectement causé une mort qui aurait pu être évitée. c'était pour lui que Keegan devait être convaincante. Par ce qu'elle ne le laisserait pas sombrer dans la culpabilité. Pour l'avoir éprouvé de bien trop nombreuses fois elle même, elle savait qu'elle ferait tout pour le lui épargner, il en avait déjà bien trop à supporter sur ses épaules. Le rejet des Tok'ra, sa symbiose et l'étroitesse des liens qu'ils entretenaient. Non, elle ne voulait pas en plus lui infliger des souffrances qu'elle aurait pu éviter... Surtout quand la plupart venaient déjà d'elle...

    - Nous sommes restés plus d'une semaine sur cette planète sans aucun signe particulier jusqu'à ce que nous détections des traces autour de la porte. Nous les avons suivi jusqu'à un petit camp de passage, gardé par une petite poignée de jaffas. Je n'avais jamais vu auparavant ces jaffas, leur marque m'est totalement étrangère et Duncan n'a pu m'éclairer sur ce point. Mais nous savons tout deux ce que nous avons vu.

    Et maintenant le sujet douloureux. Elle sentit une onde de confiance et de chaleur de la part de Duncan, et s'en servit, y puisant ses forces. Keegan raconta alors ce qu'il s'était passé ensuite, la partie la plus douloureuse de l'histoire. D'une voix vide et sans émotions, elle continua, abordant alors le point essentiel et encore douloureux. Son peuple qui l'avait abandonné... Toutefois, elle préféra passer sous silence les points les plus douloureux : son bannissement pour avoir désobéi aux ordres en venant ici, l'incompréhension qu'elle ressentait par rapport à la décision du Conseil de ne pas mettre les Tau'ri au courant

    - Tout nous porta alors à croire qu'un Maître inconnu tentait de refaire surface, et nous en avons immédiatement averti le Conseil Tok'ra, proposant une intervention immédiate en collaboration avec les Tau'ri de manière à éradiquer la menace au plus vite pour la traiter définitivement. Personne n'a voulu nous écouter, personne ne nous a cru. J'ai décidé d'abandonner les miens, et de venir vous avertir, en espérant que vous prendriez nos informations en compte. Nous sommes retournés sur cette planète, et toute trace avait disparue.

    Keegan inspira lentement, et laissa s'installer quelques secondes de silence pendant lesquels sont regard se tint rivé sur celui de Jack O'Neill. Elle voulut paraître forte, inflexible mais sans sembler faire l'aumône, ou ordonner quoi que ce soit. Elle était là non pour s'imposer, mais pour aider...
    - Je ne viens pas vous ordonner de reprendre le flambeau, je voulais juste vous prévenir, ce que le Conseil a refusé de faire. La Tau'ri est responsable de la Chute, si un Grand Maître venait à réapparaître, elle serait certainement sa première cible, et personne ici ne s'attend à des problèmes de ce type à nouveau, n'est-ce pas ? Une attaque surprise pourrait réellement mal tomber... Je suis venue pour être sure que vous soyez prets, la menace est réelle, vous devez me croire... Et je ne suis pas sure que es Tok'ra vous avertiront, ni vous aideront.

    Keegan s'effaça et laissa la place à Duncan. Elle préférait se retirer, s'ouvrir ainsi et prendre la parole n'avait fait que la plonger encore plus dans ses souvenirs douloureux, et elle préféra s'emmurer dans son mutisme. Duncan savait ce que ressentait la Tok'ra, et comprit que c'était à son tour de prendre les choses en main et de se montrer fort, pour elle.

    - Jack, je sais ce que j'ai vu. Tout ce que nous voulons, c'est un endroit pour se poser, et avoir la possibilité de vous aider. Le Conseil ne nous a pas écouté, mais vous deviez être prévenu. La menace est sérieuse, si un Grand Maître revient, cela pourrait être fatal à la jeune Nation Jaffa. Ce n'est peut-être rien, mais vous deviez être tenus au courant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack O'Neill
Commandant du SGC
avatar

Messages : 74
Date d'inscription : 13/09/2010

MessageSujet: Re: Long Ride Home | Jack & Duncan   Lun 11 Oct - 21:23

Après avoir dit ces quelques mots, Jack eut une impression étrange. Lorsque son interlocuteur releva les yeux vers lui pour lui répondre, quelque chose s'était passé. Quelque chose qui mettait toujours autant Jack mal à l'aise, bien qu'il ait toujours eu par ailleurs une profonde estime pour Duncan et Keegan. Non... il ne s'y ferait décidément jamais...

- Duncan préfère que je vous l'explique moi même. Nous avons longtemps été en mission pour mon peuple et après la chute des Grands Maître, nous avons continué à être les yeux et les oreilles de la Tok'ra. Tout le monde pensait que les Grands Maîtres étaient définitivement anéantis, et notre mission a commencé à devenir une routine tranquille. Duncan a voulu la continuer pour toujours être en contact avec d'autres peuples, pour continuer à étudier, et je n'ai pas pu lui refuser. Nous avons pas mal voyagé ainsi, tous les deux, plus ou moins pour le compte de la Tok'ra. Mais il y a quelques mois de cela, nous avons commencé à entendre des rumeurs qui ont éveillé notre curiosité.

Le Tok'ra marqua une pause dans son récit, comme pour sonder la réaction de Jack. Ce dernier, complétement abasourdi par ce qu'il venait d'entendre ne parvint qu'à hausser les sourcils, puis à les froncer, signe qui montrait indéniablement que toute son attention s'était soudainement braquée sur Keegan...

- Bien sûr, depuis la Chute, il y a eu des tentatives de résurgences de la part des Goa'ulds mais au fil du temps, elle ont fini par disparaître, et nous pensions tous que la paix s'était définitivement installée. Alors, lorsque cette rumeur nous est parvenue, nous n'y avons guère cru, mais étant les plus proches et les plus aptes à intervenir, nous nous sommes rendus sur une planète prétendument agitée par des troubles qui nous semblaient trop suspects. Nous sommes restés plus d'une semaine sur cette planète sans aucun signe particulier jusqu'à ce que nous détections des traces autour de la porte. Nous les avons suivi jusqu'à un petit camp de passage, gardé par une petite poignée de jaffas. Je n'avais jamais vu auparavant ces jaffas, leur marque m'est totalement étrangère et Duncan n'a pu m'éclairer sur ce point. Mais nous savons tout deux ce que nous avons vu.

Le discours de McLane continua ainsi quelques instants. Les sourcils toujours froncés, Jack ne l'avait pas interrompu. Il ignorait pourquoi, mais quelque chose au fond de lui lui intimait d'écouter jusqu'au bout ce qu'il avait à dire. Pourtant, plus il parlait, plus Jack trouvait les propos de McLane insensés. Les faits étaient bel et bien là ; les Goa'ulds avaient été vaincu, leur règne appartenait désormais au passé. Un niveau chapitre de l'Histoire s'était ouvert quatre ans plus tôt après la chute d'Anubis et la prise de Dakara. Il ne pouvait en être autrement, tout retour en arrière de la sorte était totalement... improbable ! Si ce n'est, encore une fois, insensé.
Jack demeurait le regard fixé sur son interlocuteur ; il avait du mal à comprendre son geste. Il connaissait assez bien Duncan McLane pour savoir qu'il ne réagirait pas ainsi à la légère, d'autant plus que d'après ce que Keegan disait, le Conseil n'approuvait pas cette décision de rapporter ces rumeurs au SGC. Pourquoi risquer ainsi sa place ? Jack ne pouvait se résoudre à considérer McLane comme un menteur. Il avait suffisamment d'estime pour lui et la Tok'ra qu'il portait (malgré ce que Jack pouvait parfois donner l'impression) pour savoir qu'aucun d'eux ne prendrait le risque d'avancer des choses pareilles s'ils n'étaient pas avant tout certains de l'ampleur de la menace que cela représentait.
Avant qu'il n'ait pu s'en rendre compte, Keegan avait achevé son discours. Jack haussa de nouveau les sourcils et prit son inspiration.

- Whow. Eh bien, je sais combien la Terre vous a dû vous manquer pendant que vous viviez chez nos amis les Tok'ra, mais vous avez dû perdre la notion du temps sur cette planète. Nous sommes le 1er Octobre aujourd'hui. Pas le 1er Avril.

- Jack, je sais ce que j'ai vu. Tout ce que nous voulons, c'est un endroit pour se poser, et avoir la possibilité de vous aider. Le Conseil ne nous a pas écouté, mais vous deviez être prévenu. La menace est sérieuse, si un Grand Maître revient, cela pourrait être fatal à la jeune Nation Jaffa. Ce n'est peut-être rien, mais vous deviez être tenus au courant

- Écoutez McLane, vous savez l'estime que j'ai pour vous et pour votre... euh... charmant... compagnon, répondit Jack en cherchant ses mots. Pourtant, vous conviendrez certainement avec moi que tout ce que vous venez de me dire est plutôt difficile à avaler.

Jack se sentait comme pris entre deux feux. D'un côté il y avait les informations que McLane lui livrait, de simples rumeurs si l'on s'en referait à ce que lui-même avançait, des informations qui semblaient démentiels ; et de l'autre côté, il y avait McLane lui-même et Keegan, des êtres dépourvus de la moindre attention intéressée, qui faisaient passer leur devoir avant leurs intérêts personnels, deux êtres à qui Jack avait toujours accordé le plus grand crédit. Et puis il y avait aussi cette idée noire qui n'avait jamais vraiment disparu du fond de son esprit, même après la proclamation de la Nation Jaffa.
Jack se redressa sur son fauteuil. Lorsqu'il croisa à nouveau le regard désespéré de McLane qui l'implorait de le croire, il soupira et fini par dire :

- Très bien. Imaginons que je sois d'humeur pessimiste aujourd'hui et que j'accepte de vous croire. Mais bien parce que c'est vous, McLane. J'imagine bien le sacrifice que cela a dû vous coûter. J'en suis désolé.

Jack marqua de nouveau une pause. Il avait le sentiment de réfléchir à toute vitesse.

- Mais si vous voulez que la CIS et que le Président vous prennent au sérieux, il va me falloir plus que ça, vous comprenez ? Je vous connais, et de ce fait, je vous fait confiance. Eux, ne vous connaissent pas et ils n'hésiteront pas à ignorer vos dires. Nous vivons malheureusement dans un monde régi par la politique, et je dois vous prévenir, ces gens-là n'ont que la politique pour unique soucis, ils ne vous feront pas de cadeau. Alors je peux prendre sur moi, mais vous allez devoir me dire tout ce que vous avez pu voir. Tout ce qui pourrait nous aider à évaluer la situation. Si la menace est réelle, et telle que vous me l'avez décrite, il faut que nous sachions à quoi nous attendre précisément.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stargateresurrection.forumactif.com
Duncan McLane
Tok'ra - Hôte de Keegan
avatar

Messages : 125
Date d'inscription : 15/09/2010

Feuille de personnage
Données Personelles:
Relations:

MessageSujet: Re: Long Ride Home | Jack & Duncan   Mer 20 Oct - 9:57


    - Écoutez McLane, vous savez l'estime que j'ai pour vous et pour votre... euh... charmant... compagnon. Pourtant, vous conviendrez certainement avec moi que tout ce que vous venez de me dire est plutôt difficile à avaler.

    Keegan ne s’étonna pas des paroles d’O’Neill. Elle n’avait jamais partagé cette pensée avec Duncan, mais elle avait toujours suspecté une telle réaction. Malgré tout le respect qu’elle avait envers les terriens, elle se doutait bien que ce ne serait pas si facile. Certes, c’était elle qui avait poussé Duncan à la suivre, et à vernir sur terre, mais c’était plus par devoir que par conviction. Et puis, elle espérait vraiment qu’elle aurait tort et que les Tau’ri sauraient lui montrer leur force et leur implication. Elle avait faux. Et cela la blessai d’autant plus qu’elle pressentait que Duncan le vivrait mal. En même temps, tous deux s’étaient accordés pour se faire une raison au préalable : ils savaient que de telles nouvelles ne feraient pas l’unanimité. Si elle ne l’avait pas fait chez les Tok’ra, comment aurait-elle pu enflammer les Tau’ri ? Ils savaient que pour montrer qu’ils avaient raison ne serait pas aisée. Ils en avaient conscience et s’étaient préparés. Et à deux, ils sauraient se réconforter et se soutenir dans les moments difficiles.
    Et de toute façon, Keegan devait bien avouer qu’elle n’accordait plus beaucoup de crédit à ceux de sa race. Ils ne l’avait jamais véritablement intégré. Si la situation avait été plus simple pour Selmak, c’était surement uniquement du à son rang. Qui était Keegan, une petite espionne, certes extrêmement douée, et qui ne refusait aucune mission, se portant même volontaire pour les plus risquée, mais rien de plus qu’une espionne, une Tok’ra comme tant d’autres, que rien ne distinguait.
    Duncan intercepta ses dernières pensées et la rassura, elle n’était pas qu’une simple tok’ra, elle était son symbiote, celle qui lui avait permis de vivre et de vivre heureux de surcroit. Celle qui l’avait sauvé et qui lui avait fait découvrir une vie dont il n’aurait jamais pu rêver… Et il serait là. Il ne s’inquiétait pas, et tenta de lui communiquer son assurance. Ils n’aurait pas de soucis à se faire, et même si cette menace, en dépit de ce qu’ils avaient vu, n’avait jamais existé, alors ils couleraient des jours heureux, ensembles, sur Terre.

    * Aie confiance en mon peuple. Ils sont méfiants, et fiers, peut-être incapable d’avoir un esprit ouvert pour certain – regarde, même le général qui en a vu des vertes et des pas mures n’est pas à l’aise avec nous- mais ils méritent une chance. Nous ferons de notre mieux pour les aider… *

    - Très bien. Imaginons que je sois d'humeur pessimiste aujourd'hui et que j'accepte de vous croire. Mais bien parce que c'est vous, McLane. J'imagine bien le sacrifice que cela a dû vous coûter. J'en suis désolé.

    Jack marqua une pause, et Duncan baissa la tête un instant, fixant le sol. Le sacrifice que cela a du leur couter ? Duncan ne cessait d’y penser malgré les rappels à l’ordre de Keegan. C’était peut-être elle qui avait pris la décision mais la voir ainsi séparer de son peuple brisait le cœur de Duncan. Elle avait pourtant tout abandonner sans se retourner. Duncan espérait seulement qu’avec le temps les Tok’ra accepteraient qu’elle rejoigne les rangs de son peuple. Mais la savoir ainsi pris entre son devoir, son peuple, et l’amour qu’elle portait à Duncan, sa volonté de ne pas le séparer lui de son peuple… C’était un cycle infernal où chacun acceptait de se sacrifier pour l’autre, sachant le mal que cela lui ferait, et les problèmes de conscience que devrait souffrir l’autre. Duncan espérait juste que son peuple saurait mieux les accepter que celui de Keegan. Plus de mensonges, plus d’intrigues, juste une vie tranquille, c’était tout ce à quoi ils aspiraient désormais. Et si jamais cela ne marchait pas non plus ici, il ne leur resterait plus qu’à gagner un monde paisible où ils pourraient vivre loin de cette vie tourmentée. Ne trouveraient-ils jamais donc un chez eux ?
    Jack reprit la parole et Duncan reprit ses esprits, l’écoutant avec attention.

    - Mais si vous voulez que la CIS et que le Président vous prennent au sérieux, il va me falloir plus que ça, vous comprenez ? Je vous connais, et de ce fait, je vous fait confiance. Eux, ne vous connaissent pas et ils n'hésiteront pas à ignorer vos dires. Nous vivons malheureusement dans un monde régi par la politique, et je dois vous prévenir, ces gens-là n'ont que la politique pour unique soucis, ils ne vous feront pas de cadeau. Alors je peux prendre sur moi, mais vous allez devoir me dire tout ce que vous avez pu voir. Tout ce qui pourrait nous aider à évaluer la situation. Si la menace est réelle, et telle que vous me l'avez décrite, il faut que nous sachions à quoi nous attendre précisément.

    - Je le comprends bien… Mais donnez nous une chance de vous apporter des preuves plus concrètes, donnez nous une chance de repartir en mission, et nous les trouverons. Je vous en prie Jack, si jamais vous avez un jour eu la moindre considération pour moi, donnez moi la chance de vous aider, de me rendre utile à mon peuple, ou permettez nous tout au moins de rester ici, sur Terre, le temps que nous réfléchissions où aller… Bien sur, nous vous mettrons au courant de tout ce que nous savons, dès demain matin, vous aurez un rapport complet sur votre bureau. Nous savons que ce ne sera pas facile sans preuves, mais laissez nous une chance, en nous laissant partir, de vous les ramener…


    Cela sonnait peut-être comme une supplication, mais peu importait en fait. Tant qu’il était écouté, et si cela avait la moindre chance supplémentaire de persuader Jack… Evidemment, le Président et le CIS auraient leur mot à dire, et Jack avait raison, il leur faudrait plus que des paroles. Mais les rares preuves que Duncan et Keegan pouvaient avoir, c’était leur témoignage de visu. Qui voudrait les croire ? Certainement pas ces coincés peureux du CIS. Fichue politique. Et en plus, ni Keegan ni lui-même n’y avaient un jour compris quoi que ce soit. Les To’kra avaient beau être passés maitre dans l’art de la politique et de ses manœuvres douteuse, Keegan y était totalement étrangère…

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Long Ride Home | Jack & Duncan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Long Ride Home | Jack & Duncan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ♦ but i'll ride home laughin' (charlie)
» Maximum Ride RPG - Partenariat
» Technique du Jeune Jack
» rescue Jack Russel
» Sujet a long terme: ork sauvage.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: STARGATE COMMAND - BASE DE CHEYENNE MOUNTAIN :: Niveau 27 - Zone de préparation :: Bureau de Jack O'Neill-
Sauter vers: